Bienvenue sur mon blog

Et si c’était niais ? Fioretto Pascal

Et si c'était niais ? Fioretto Pascal dans Pastiche niais10

- Auteur : Fioretto Pascal
- Titre : Et si c’était niais ?
- Genre littéraire : Pastiche contemporain
- Magnard
- Nombre de pages : 135
- 978-2-210-75529-1
- Résumé (proposé par Thot pour la lecture commune, j’ignore ses sources mais il me semble plus adapté que le 4ème de couverture de mon édition) :
L’intrigue policière se déroule dans le milieu de l’édition : un mystérieux assassin cherche à éliminer les auteurs les plus « vendeurs » et les plus « exposés ». Chaque chapitre est le pastiche d’un auteur et fait avancer l’histoire, jusqu’au dénouement forcément « larmoyant » d’Anne Gavalda. Entre autre pastichés : Barbès Vertigo de Denis-Henri Lévi, Pourquoi ce titre ? de Christine Anxiot, Tais-toi si tu veux vivre de Fred Wargas, Et si c’était niais ? de Marc Lévis, Hygiène du tube et tout le tremblement de Mélanie Notlong, Ils ont touché à mes glaïeuls (Journal XXII) de Pascal Servan, Des fourmis dans les anges du possible de Bernard Werbeux, Quelqu’un m’attend c’est tout d’Anne Galvauda, Les limbes pourpres du concile des loups de Jean-Christophe Rangé…


Ma critique:

Je n’avais jamais lu de pastiche et je voulais voir ce que cela pouvait bien être. J’attendais un peu l’auteur au tournant car aimant particulièrement Amélie Nothomb, Marc Lévy et Anna Gavalda j’aurais très mal pris le fait que ce dernier se moque ouvertement de leurs talents d’auteurs.
En fait il n’en est rien il ne fait que mettre en avant les mimiques littéraires. Malheureusement, je n’ai jamais lu certain des auteurs pastichés dans cet ouvrage je n’ai donc pas pu réellement émettre de jugement sur ces parties.

J’ai bien aimé le passage ou les deux protagonistes se chamaille pour savoir qui est en train de parler en comptant le nombre de tiret.

L’histoire par elle-même, n’est pas vraiment digne d’intérêt et est vraiment très loufoque donc attendez-vous plutôt à un moment de détente qu’à une véritable révélation.

Je l’ai donc jugé bon mais sans plus !

5 janvier, 2011 à 16:09


Laisser un commentaire