Bienvenue sur mon blog

Le cimetière de Prague – Eco Umberto

Le cimetière de Prague
Eco Umerto
Grasset mars 2011
550 pages

Le cimetière de Prague - Eco Umberto dans Roman comtemporain 12611

Quatrième de couverture :

Trente ans après Le Nom de la rose, Umberto Eco nous offre le grand roman du XIXe siècle secret. De Turin à Paris, en passant par Palerme, nous croisons une sataniste hystérique, un abbé qui meurt deux fois, quelques cadavres abandonnés dans un égout parisien. Nous assistons à la naissance de l’affaire Dreyfus et à la création de l’évangile antisémite, Les Protocoles des Sages de Sion. Nous rencontrons aussi des jésuites complotant contre des francs-maçons, des carbonari étranglant les prêtres avec leurs boyaux. Nous découvrons les conspirations des renseignements piémontais, français, prussiens et russes, les massacres dans le Paris de la Commune où l’on se nourrit d’illusions et de rats, les coups de poignard, les repaires de criminels noyés dans les vapeurs d’absinthe, les barbes postiches, les faux notaires, les testaments mensongers, les confraternités diaboliques et les messes noires… Les ingrédients sont donc réunis pour faire de ce savoureux feuilleton un diabolique roman d’apprentissage. Tout est vrai ici, à l’exception de Simon Simonini, protagoniste dont les actes ne relèvent en rien de la fiction mais ont probablement été le fait de différents auteurs. Qui peut, cependant, l’affirmer avec certitude ? Lorsque l’on gravite dans le cercle des agents doubles, des services secrets, des officiers félons, des ecclésiastiques peccamineux et des racistes de tous bords, tout peut arriver…

 

Mon avis (lu en Septembre 2011):

Je n’ai malheureusement pas pu achever la lecture de cet ouvrage.

Mes lacunes en histoire me font défaut et j’ai l’impression de passer à côté du livre à cause de ça. L’Atmosphère est très bien cependant.

La haine et la rancœur de Simonini ne m’ont pas dérangé, bien au contraire ça apporte une dimension au personnage. Je retenterais peut être de le lire plus tard.

18 décembre, 2011 à 15:48


Laisser un commentaire