Bienvenue sur mon blog

Cent ans de solitude – Gabriel Garcia Marquez

Couverture Cent ans de solitude

Résumé :

Une épopée vaste et multiple, un mythe haut en couleur plein de rêve et de réel. Histoire à la fois minutieuse et délirante d’une dynastie: la fondation, par l’ancêtre, d’un village sud-américain isolé du reste du monde; les grandes heures marquées par la magie et l’alchimie; la décadence; le déluge et la mort des animaux. Ce roman proliférant, merveilleux et doré comme une enluminure, est à sa façon un Quichotte sud-américain: même sens de la parodie, même rage d’écrire, même fête cyclique des soleils et des mots.

 

 

Mon avis :

Je remercie les éditions point 2 et le site livraddict pour la confiance qu’ils m’ont accordée en m’envoyant ce partenariat que j’avais dans ma liste de livre à lire depuis un petit moment déjà. 

Le format particulier du livre mérite son petit paragraphe, car si j’avais la possibilité d’échanger le format des livres de ma bibliothèque je n’hésiterais pas un instant. Ce format et pratique et agréable à lire : J’adore! J’apporterais toutefois une amélioration en ajoutant au dos de la couverture une élastique afin de maintenir le livre fermé lorsque qu’il est placé dans un sac à main : Ce serait alors LE livre Parfait.

L’histoire est prenante et sympathique et les passages fantastiques apportent vraiment de la fraîcheur au récit. Les personnages sont attachants et malgré la solitude qui pèse sur la famille, les protagonistes ne mènes pas que des vies paisibles. 

Au début j’ai été aspiré par l’histoire pendant environ 400 pages, j’avais l’impression d’être une amie d’Ursula la doyenne et de participer à la vie de cette tribu.

J’ai souvent lu sur internet que les prénoms récurrents des personnages gênaient la compréhension du livre. Pour ma part j’ai bien pris le temps de lire le livre calmement et de dresser un arbre généalogique au fur et à mesure donc je ne me suis pas perdue. Néanmoins, j’ai trouvé le fait qu’ils aient tous le même prénom  dérangeant dans le sens où, plus j’avançais dans ma lecture plus j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages que j’avais la sensation de déjà connaitre. Je pense que c’est fait sciemment par l’auteur, mais je me suis lassée.

La rupture s’est réellement produite à la disparition d’Ursula dernier personnage de la première génération de Buendia.

En revanche j’ai beaucoup aimé avoir des informations sur l’avenir des personnages très tôt dans le récit ce qui suscite irrévocablement le suspens chez le lecteur jusqu’à la révélation de l’action qui est souvent tout autre que ce que l’on s’était imaginé au départ.

Bref je suis contente d’avoir lu cet ouvrage qu’il faut avoir lu pour apprécié le style de G. Garcia Marquez cependant je me serais bien passée des longueurs finales. Je ne pensais vraiment pas avoir ce livre autant de temps entre mes mains.  

Citation :

 

« … le secret d’une bonne vieillesse n’était rien d’autre que la conclusion d’un pacte honorable avec la solitude. » (p.230)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14 août, 2012 à 18:45


Laisser un commentaire